Bourses | Acacile

Bourses

bourse d'etude
date limite depot: 
31 Janvier 2021

 DATE LIMITE: 01 Mar 2021
 PÉRIODE D’APPLICATION: Varies
 NIVEAU: Master
 FINANCE: Entièrement financé(e)

 PLACE: Belgium

La candidature au programme de bourse internationale de master VLIR-UOS en Belgique est maintenant ouverte. Les programmes
de master internationaux (ICPs) sont des programmes accrédités composés de 2 ou 4 semestres (60 ou 120 ECTS
respectivement) sur un sujet pertinent ou spécifique au développement. Le programme de bourse soutient une sélection de 15 ICP
et offre 12 bourses par programme ICP pour aider les candidats des pays éligibles à effectuer des programmes de master en
Belgique.

Détails du programme
Institution hôte: institutions partenaires en Flandre (Belgique).
Domaine d’études: tous les programmes de master dans ce document pdf.
Nombre de Bourses: 180.
Durée: durée du programme du candidat.
Groupe cible: ouvert aux citoyens des pays suivants : Afrique (Bénin, Burkina Faso, Burundi, RD Congo, Éthiopie, Guinée, Cameroun,
Kenya, Madagascar, Mali, Maroc, Mozambique, Niger, Rwanda, Sénégal, Tanzanie, Ouganda, Zimbabwe, Afrique du Sud); Asie
(Cambodge, Philippines, Indonésie, Territoires palestiniens, Vietnam); Amérique latine (Bolivie, Cuba, Équateur, Guatemala, Haïti,
Nicaragua, Pérou).

Avantages de la Bourse Internationale de Master VLIR-UOS
Les candidats sélectionnés pour la bourse VLIR-UOS bénécieront des avantages suivants :
1. Allocation 1150 EUR par mois;
2. Frais de voyage indirects 150 EUR (paiement unique);
3. Indemnité logistique 850 ou 700 EUR (paiement unique);
4. Frais de voyage liés au programme (paiement unique);
5. Assurance 40 EUR par mois;
6. Billet d’avion (tarifs les plus bas) 1 billet pour la Belgique, un billet pour le pays d’origine, classe économique (par bourse);
7. Frais de scolarité Frais de scolarité standard variables pour l’inscription complète à un programme de master (par année
scolaire).

Admissibilité aux Bourse Internationale de Master VLIR-UOS
Pour postuler à la bourse VLIR-UOS, les candidats doivent répondre au profil suivant :
Être ressortissant et résident de l’un des 31 pays éligibles (pas nécessairement le même pays) au moment de la demande.
L’âge maximum pour un candidat au programme de master est 35 pour un master initial et 45 pour un master avancé. Le
candidat ne peut pas dépasser cet âge au 1er janvier de l’année d’admission.

La priorité est donnée aux candidats qui sont employés dans des établissements universitaires, des instituts de recherche, des
gouvernements, l’économie sociale ou des ONG, ou qui visent une carrière dans l’un de ces secteurs. Cependant, les candidats
travaillant dans un secteur de profit ou les candidats nouvellement diplômés sans aucune expérience de travail peuvent
également être admissibles à la bourse, en fonction de leur motivation et de leur profil.
Les candidats travaillant dans une université où le VLIR-UOS finance déjà des projets IUC, TEAM ou SI, peuvent recevoir une
bourse ITP-ICP s’ils motivent clairement la raison de leur candidature et expliquent pourquoi la participation au programme ICP
ne peut pas être financée comme fait partie des fonds existants du programme ou du projet IUC, Team ou SI.
Un candidat ne peut soumettre qu’une seule demande de bourse par an quel que soit le type de bourse et ne peut donc être
sélectionné que pour une bourse par an.
Le candidat au programme de master n’a jamais reçu de bourse du gouvernement belge pour suivre un programme de master
ou équivalent ou n’a jamais été inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur flamand pour suivre un programme de
master ou équivalent avant le premier janvier de l’année d’admission.

Instructions d’application
Les candidats intéressés qui souhaitent postuler pour la bourse internationale de master VLIR-UOS doivent suivre les instructions
ci-dessous.
Trouvez un programmes de master éligibles répondant à vos intérêts. Visitez le site web de l’université qui fournit le programme et
postulez à la fois pour l’admission au programme et pour la bourse elle-même . Lorsque vous postulez pour le programme,
n’oubliez pas de mentionner que vous souhaitez postuler pour une bourse VLIR-UOS.
La date limite de dépôt des candidatures varie selon l’institution.

Postulez ici : https://www.vliruos.be/en/scholarships/6

date limite depot: 
8 mai 2021

Comme d’habitude et à l’approche des fêtes religieuses, un groupe d’individus se proclamant étudiants et profitant de la mobilisation de la communauté universitaire contre la Covid-19 perturbent, depuis quelques jours, l’ordre public et s’épanchent dans les médias pour réclamer le paiement de bourses d’accompagnement.

Pour rappel, ce type d’allocations d’études était une aide temporaire attribuée à certains étudiants en master pour leur permettre de poursuivre leurs enseignements ou de soutenir leurs mémoires dans de bonnes conditions.

Les raisons étaient liées aux retards dus aux grèves cycliques et aux difficultés d’encadrement. Cet appui exceptionnel, appelé accompagnement, ne devait plus être payé au-delà de l’année universitaire 2017-2018. D’ailleurs, en son temps, le MESRI avait instruit les responsables pédagogiques de ne recruter les étudiants en master qu’en fonction des capacités d’encadrement garantissant une durée de formation étalée en trois ans au maximum.

Sous ce rapport, le MESRI, sur la base de l’autonomie pédagogique, n’intervient pas dans le recrutement des étudiants en Master qui, néanmoins, bénéficient automatiquement d’une bourse mensuelle de 65 000 FCFA. Ainsi, le MESRI, payeur, est toujours mis devant le fait accompli. Il doit être mis fin à cette incongruité. Les bourses d’accompagnement d’un montant de trois cent soixante mille (360 000 FCFA) ne sauraient violer les critères préalables d’attribution tels que la durée dans le cycle de master (maximum trois ans) et l’âge (moins de 30 ans).

Le décret 2014-963 du 12 Août 2014 stipule en son article 13 que « les allocations d’études sont renouvelées en cas de poursuite des études sans redoublement dans le même cycle ou dans le cas d’un seul redoublement dans le cycle ». Cette « allocation d’étude est supprimée en cas de second redoublement de l’étudiant dans le même cycle » (article 15).

Ainsi, les actuels manifestants qui réclament aujourd’hui ces bourses d’accompagnement et perturbent l’ordre public sont frappés par cet article 15 et ne remplissent pas les critères car totalisant  deux redoublements dans un même cycle (1 redoublement en master 1 et un autre en master 2, soit quatre années en master).

Au regard de ces dispositions réglementaires,  il n’existe aucune base légale autorisant une quelconque attribution d’autant plus que ces personnes qui réclament aujourd’hui ces bourses “d’accompagnement” ne détiennent même pas de carte d’étudiants pour l’année académique 2019-2020. Pire, certains sont même actuellement salariés, employés dans des entreprises de la place.

On comprend aisément pourquoi l’Etat du Sénégal a décidé de mettre fin à ce paiement irrégulier d’importantes sommes à des non ayants droit. Pour rappel, l’octroi et le paiement de bourses sont une priorité du gouvernement du Sénégal et tous les moyens sont mobilisés pour assurer un paiement régulier et à temps.

LE DIRECTEUR GENERAL DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (DGES)

bourses étrangères
date limite depot: 
15 août 2020
COMMUNIQUE DU MESRI SUR LES BOURSES D’ACCOMPAGNEMENT

Comme d’habitude et à l’approche des fêtes religieuses, un groupe d’individus se proclamant étudiants et profitant de la mobilisation de la communauté universitaire contre la Covid-19 perturbent, depuis quelques jours, l’ordre public et s’épanchent dans les médias pour réclamer le paiement de bourses d’accompagnement.

Pour rappel, ce type d’allocations d’études était une aide temporaire attribuée à certains étudiants en master pour leur permettre de poursuivre leurs enseignements ou de soutenir leurs mémoires dans de bonnes conditions.

Les raisons étaient liées aux retards dus aux grèves cycliques et aux difficultés d’encadrement. Cet appui exceptionnel, appelé accompagnement, ne devait plus être payé au-delà de l’année universitaire 2017-2018. D’ailleurs, en son temps, le MESRI avait instruit les responsables pédagogiques de ne recruter les étudiants en master qu’en fonction des capacités d’encadrement garantissant une durée de formation étalée en trois ans au maximum.

Sous ce rapport, le MESRI, sur la base de l’autonomie pédagogique, n’intervient pas dans le recrutement des étudiants en Master qui, néanmoins, bénéficient automatiquement d’une bourse mensuelle de 65 000 FCFA. Ainsi, le MESRI, payeur, est toujours mis devant le fait accompli. Il doit être mis fin à cette incongruité. Les bourses d’accompagnement d’un montant de trois cent soixante mille (360 000 FCFA) ne sauraient violer les critères préalables d’attribution tels que la durée dans le cycle de master (maximum trois ans) et l’âge (moins de 30 ans).

Le décret 2014-963 du 12 Août 2014 stipule en son article 13 que « les allocations d’études sont renouvelées en cas de poursuite des études sans redoublement dans le même cycle ou dans le cas d’un seul redoublement dans le cycle ». Cette « allocation d’étude est supprimée en cas de second redoublement de l’étudiant dans le même cycle » (article 15).

Ainsi, les actuels manifestants qui réclament aujourd’hui ces bourses d’accompagnement et perturbent l’ordre public sont frappés par cet article 15 et ne remplissent pas les critères car totalisant  deux redoublements dans un même cycle (1 redoublement en master 1 et un autre en master 2, soit quatre années en master).

Au regard de ces dispositions réglementaires,  il n’existe aucune base légale autorisant une quelconque attribution d’autant plus que ces personnes qui réclament aujourd’hui ces bourses “d’accompagnement” ne détiennent même pas de carte d’étudiants pour l’année académique 2019-2020. Pire, certains sont même actuellement salariés, employés dans des entreprises de la place.

On comprend aisément pourquoi l’Etat du Sénégal a décidé de mettre fin à ce paiement irrégulier d’importantes sommes à des non ayants droit. Pour rappel, l’octroi et le paiement de bourses sont une priorité du gouvernement du Sénégal et tous les moyens sont mobilisés pour assurer un paiement régulier et à temps.

LE DIRECTEUR GENERAL DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (DGES)

Source MESR

communique paiment bourse

mande de bourse ou d’aide pour les études hors du Sénégal

Les méthodes de depot pour percevoir des bourses d'etude a letranger sont maintenant éléctronisées, plus mantenant de depot phisique.

bourses étrangères