Education | Acacile

Education

Education: les modalités de passage en classe supérieure fixées
unesco

Le directeur régional de l’Unesco en Afrique de l’Ouest, Yao Ydo, a lancé mardi soir à Cotonou, le projet « Promouvoir les valeurs du sport dans l’éducation, la santé et la gouvernance des fédérations sportives en Afrique de l’Ouest ».

D’un coût global estimé à 2,195 milliards de francs CFA soit environ 3,803 millions de dollars, ce projet qui sera piloté pour trois ans (2019-2021), vise entre autres, à favoriser, promouvoir et soutenir la création d’un environnement propice à une éducation physique de qualité dans les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), notamment à travers le système éducatif.

Ce projet est également destiné à soutenir la promotion des valeurs du sport au service de l’intégration régionale, la paix et la coexistence pacifique entre les peuples.

Pour, M. Ydo, ce projet régional porté par l’Unesco embrassera un champ d’intervention géographique ambitieux, couvrant à terme l’ensemble des pays de la Cedeao.

« Pour la phase pilote de ce projet régional, allant de 2019 à 2021, six pays pilotes ont été choisis, sur propositions des partenaires techniques et financiers de mise en œuvre : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Liberia et le Sénégal », a-t-il expliqué.

image cosydep

Les actes de violence au sein de l’espace universitaire ont beaucoup contribué à écorner l’image de l’étudiant. C’est la conviction du Directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud).

Maguette Sène qui, dans cet entretien avec Le Soleil, évoque les nouvelles mesures prises pour sécuriser davantage le campus universitaire, annonce que 70% des chambres d’étudiants seront attribués sur la base du critère pédagogique de l’excellence.

Monsieur le Directeur, comment le Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) a vécu la crise sanitaire de la Covid-19 ?

C’est vrai que la pandémie n’a épargné aucun secteur. Le Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) a aussi vécu cette crise sanitaire. Il a non seulement subi les effets, mais aussi la manifestation de la pandémie. Le Coud a été affecté plusieurs fois par la crise durant la première, la deuxième et la troisième vague. J’ai été témoin de la deuxième et de la troisième vague. Nous avons eu des cas de Covid que nous avons gérés grâce à la mise en place d’un dispositif très efficace. Celui-ci est basé sur la sensibilisation, la communication et la prise en charge sanitaire. Nous avons créé au niveau du Coud une sorte de Cte local (Centre de traitement des épidémies) avec un médecin dédié pour la prise en charge sanitaire des cas sur place. Nous avons installé aussi tout un dispositif sanitaire de prévention au niveau des pavillons du campus universitaire et cela nous a permis de prendre en charge, de manière efficiente, une vingtaine de cas lors de la deuxième vague et une cinquantaine de cas lors de la troisième vague. Cette stratégie nous a aidés à traiter tous les cas de contamination que nous avons connus et Dieu merci, le Coud n’a enregistré aucun décès. Maintenant, concernant les conséquences, on peut souligner que l’année universitaire a été perturbée. Elle a été marquée surtout par la fermeture du campus universitaire en août et septembre et le chamboulement du calendrier universitaire 2020-2021.

Aujourd’hui, avec l’ouverture du campus, quelles sont les dispositions qui sont prises pour garantir une année universitaire sécurisée ?

Il y a un ensemble de dispositifs que nous avons prévus par rapport à la crise sanitaire. Nous pouvons citer, entre autres, la numérisation de tout le processus de codification car, auparavant, tout était fait de manière manuelle. Nous avons pris la décision de faire la codification à travers une plateforme électronique. Une autre innovation, c’est le fait de mettre le focus sur l’excellence en ce qui concerne les quotas de répartition des chambres. Nous avons décidé, ensemble, avec les amicales d’étudiants, de faire en sorte que 70% des chambres soient réservés sur la base du critère pédagogique de l’excellence et que les 30 % soient attribués sur la base du critère social. Combinée à la plateforme électronique mise en place pour la codification, tout cela va nous permettre d’avoir plus de transparence dans tout le processus. Cette mesure nous permettra aussi de réduire de manière pertinente le fait que les chambres du Coud soient attribuées à des non étudiants. Nous en avons discuté avec les étudiants et nous sommes tombés d’accord. Nous avons mis en place aussi un système de contrôle de l’accès au campus universitaire de manière générale. Nous allons mettre, cette année, en place un mécanisme de contrôle des accès dans le campus pédagogique comme dans le campus social. Les cartes d’étudiant seront activées de manière numérique en présence de l’étudiant lui-même. Cette mesure nous permettra, durant toute l’année, de contrôler les mouvements de l’étudiant et de valider son séjour annuel en toute circonstance. Elle permettra aussi de s’assurer réellement que le détenteur de la carte est bel et bien un étudiant de l’université. Sur cette base, nous pourrons nous rassurer que cet étudiant est bien sur la plateforme et est libre de tout mouvement dans le campus universitaire. C’est tout le monde qui sera enrôlé et aura la possibilité d’entrer ou de sortir au campus.

L’espace universitaire étant un domaine de liberté, des badges seront aussi mis à la disposition des visiteurs. Cela nous permettra de réglementer les heures d’entrée et de sortie de ces derniers. Nous avons fait en sorte que la carte du visiteur ne puisse pas être utilisée pour résider dans le campus. Des cartes professionnelles numérisées seront également mis à la disposition des travailleurs du Coud pour maîtriser aussi leurs mouvements. Toutes ces mesures nous permettront d’avoir une meilleure visibilité sur ceux qui fréquentent l’espace universitaire. Nous avons aussi formé nos agents de sécurité pour les aider à mieux remplir leur mission et à pouvoir faire face à toutes sortes de menaces, mais aussi à être plus professionnels dans l’approche et la communication avec les étudiants. Nous pensons que ces mesures nous permettront d’améliorer considérablement la sécurité dans le campus. Nous avons dit aux étudiants que c’est eux qui doivent donner à l’université sa renommée et de faire en sorte que l’étudiant retrouve son statut d’antan. L’étudiant était une fierté dans la communauté. La carte d’étudiant suffisait pour pouvoir accéder à beaucoup de choses dans la vie sociale. Nous pensons que ce qui se passe depuis un certain temps dans l’espace universitaire a beaucoup altéré le statut d’étudiant.

Aujourd’hui, quand on parle d’étudiant, on pense à la violence, à la casse et en tant qu’acteur, nous avons la charge de redorer le blason de l’université et le statut de l’étudiant. L’étudiant n’est pas n’importe qui. C’est quelqu’un qui a franchi beaucoup d’étapes avant d’en arriver à ce statut. C’est un cadre supérieur en formation et l’avenir du pays repose sur lui. Ces gens-là, on doit leur donner le rang qu’ils méritent, mais en retour, ils doivent avoir le comportement qui sied. J’aime souvent évoquer avec nos étudiants le mythe qui entoure l’École nationale d’administration (Ena), le Cesag aussi. Et pour appuyer cet argument, je pense qu’il faut tenir en compte tout un environnement physique et le comportement que les pensionnaires de ces établissements incarnent. Et pourtant, on n’oublie que tous ces gens ont été d’abord des étudiants des universités. Ce sont les produits de nos universités qui sont dans ces institutions. Donc nous devons travailler pour sauvegarder ce mythe de l’étudiant. C’est notre combat, mais aussi celui de tous les étudiants du Sénégal.

Est-ce que des mesures ont été prises pour soutenir cette volonté ?  

Dans tout ce que je viens de dire, je pense que les étudiants ont leur partition à jouer. Nous, notre problème, c’est de faire en sorte que le cadre universitaire soit beaucoup plus attrayant et qu’il puisse attirer des visiteurs. L’ensemble des travaux entrepris s’inscrivent dans cette dynamique. Que ce soit en termes de pavage ou d’embellissement de l’espace. Des choses sont aussi faites dans les chambres concernant l’accès à l’eau potable, la fourniture courante de l’électricité, la connectivité à Internet. En somme, c’est de faire de l’espace universitaire un cadre agréable pour vivre. C’est le rôle des dirigeants que nous sommes. Le reste, c’est de travailler dans l’accompagnement pour faire en sorte que tous les acteurs y mettent du leur. Nous sommes en train de travailler pour maîtriser l’environnement physique de l’université, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Nous avons des projets importants. Nous sommes en train de négocier avec des partenaires pour la construction d’un restaurant digne de ce nom. C’est une infrastructure de 15 000 places et cela demande beaucoup d’attention. Nous allons mettre à contribution la coopération avec nos partenaires de l’étranger, car nous nous sommes rendus compte que l’offre en termes de restauration dans le campus universitaire pose encore problème et cela se traduit par les longues files devant les restaurants actuels. Nous sommes en train de travailler aussi pour que notre université obtienne la certification Iso. C’est tout un processus qui implique tous les segments de l’université et nous sommes en train d’y travailler. Nous travaillons aussi à la numérisation de l’accès aux restaurants.

Directeur, quelle analyse faites-vous du lancement d’une campagne de vaccination à l’université ?

Je tiens à préciser que la vaccination ne peut être une obligation au niveau du campus universitaire puisqu’elle ne l’est pas aussi au Sénégal. Si la loi n’a pas rendu obligatoire la vaccination au Sénégal, un règlement intérieur ou une mesure quelconque ne peut la rendre aussi obligatoire dans l’espace universitaire connu d’ailleurs comme étant un espace de liberté. C’est à une conscience citoyenne que nous invitons les étudiants. La vaccination est un acte citoyen, un acte volontariste et nous pensons que les étudiants en tant qu’intellectuels doivent donner l’exemple. Personne n’est épargné par cette maladie et ce n’est pas parce qu’on est jeune qu’on ne peut pas être atteint par ce virus. Aujourd’hui, si on sait que c’est le vaccin qui est le seul moyen pour faire face à cette pandémie, il faut donc se faire vacciner. Au campus, nous vivons dans un espace très réduit et dans des chambres exiguës et j’en profite pour inviter les étudiants à se faire vacciner.

 

SOURCE: socialnetlink

Après plus d’un mois de patience, les bacheliers de 2021 vont bientôt démarrer les inscriptions sur la plateforme campusen pour effectuer leur demande d’orientation.

C’est le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation , Cheikh Oumar Anne, qui a donné l’information lors d’un entretien avec la presse dans le Fouta.

« Dès la semaine prochaine, nous démarrerons la procédure d’orientation des bacheliers », a confié le ministre.

Ainsi, il précise que l’option a été d’orienter tous ceux qui en feront la demande dans les établissements supérieurs publics. Chose qui sera réalisée car il y a eu moins de bacheliers cette année, en plus, les capacités d’accueil des universités ont augmenté.

Des universitaires, intellectuels, artistes et acteurs de la société civile et politiques ont procédé, mercredi, au lancement des activité de la nouvelle plateforme de concertation et de débat intellectuel et scientifique dénommée « Péncum Warc », a constaté l’APS. 

« Péncum Warc sera un espace ouvert, de dialogue intergénérationnel sur toutes les questions qui interpellent les citoyens de notre cher pays », a fait savoir la professeure Penda Mbow, lors de la conférence de presse de lancement de la plateforme.

L’évènement a été marqué par la tenue d’un panel sur le thème : « Dialogue Politique Intergénérationnel : Regards Croisés sur les Pratiques Politiques au Sénégal ». Selon Penda Mbow, historienne, par ailleurs ancienne ministre de la Culture, « il est grand temps que les intellectuels, artistes et esprits ouverts de ce pays se mobilisent pour que le Sénégal redevienne le centre de l’Afrique pour la construction d’un espace sous-régional intégré.’’ Elle a ajouté qu’il s’agit également de « dire à nos politiques que nous ne pouvons pas toujours aller vers la direction indiquée ». Elle a plaidé pour « l’implication de toutes les forces vives de la nation, y compris surtout la jeunesse (…) ». Penda Mbow a par ailleurs annoncé que des rencontres périodiques vont ainsi se tenir tous les mois, pour discuter des questions essentielles d’actualité.« Cet espace sera ce que vous en ferez, mais non ce que voudraient en faire les initiateurs », a-t-elle lancé à l’assistance. Le professeur Pape Demba Sy a souligné pour sa part que « le débat est tellement bas qu’on ne pose pas de sérieuses questions sur l’avenir de ce pays ».  Pr Sy a notamment évoqué l’indiscipline généralisée chez les jeunes. Autant de questions qu’il faudrait prendre en compte dans les réflexions, face à une société plurielle et pluraliste, avec une sédimentation et plusieurs temporalités qui se rejoignent, a-t-il soutenu. L’enseignant chercheur à l’UCAD, Ousmane Khouma, a de son côté estimé qu’il est important dans une démocratie de mettre en place un cadre de concertation permanent entre les acteurs politiques, accompagnés par la société civile, pour permettre au pouvoir d’avoir un interlocuteur permanent identifiable pour discuter sur les principes par nature distendus, en vue notamment de trouver un consensus sur les règles et procédures, gage de stabilité. Son collègue, Haadi Faal, a quant à lui, mis l’accent sur « l’impératif d’avoir une société instruite et cultivée’’ ainsi que le lien qui existe entre ’’la dégradation politique et le niveau scolaire’’ car explique-t-il, ’’les sachants cultivés ne peuvent se permettre certaines choses’’.

 

Source : Socialnetlink

Macky Sall a dévoilé lors du dernier Conseil des ministres son plan pour développer les métiers du numérique. Le président sénégalais a instruit le gouvernement d’orienter 30% des élèves vers la formation professionnelle numérique, afin de booster cette filière dans les écoles et universités.

Le président sénégalais, Macky Sall (photo), a invité les ministres de l’Education nationale, de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur à orienter 30% des élèves issus du cycle fondamental vers le système professionnel, précisément dans les métiers du numérique. Cette recommandation a été donnée lors du Conseil des ministres du 7 octobre 2020.

Il s’agit via cette mesure de développer l’enseignement et la formation du numérique dans les écoles et les universités. Le chef de l’Etat a par la même occasion demandé au gouvernement d’entamer l’orientation des nouveaux bacheliers dans les établissements d’enseignement supérieur pour le compte de l’année académique 2020/2021. La décision devrait donc prendre effet lors de ce processus.

La mesure présidentielle arrive dans un contexte où le Sénégal compte tirer profit des avantages de l’économie numérique. Pour cela, il a lancé un programme qui vise à créer 35 000 emplois à l’horizon 2025 dans ce secteur.

Jusqu’ici, le manque de compétences numériques a été souligné comme étant le plus grand des obstacles à la matérialisation du programme en cours.